Quelques mots sur la méthode: le dossier de naturalisation par décret comprend vingt-cinq documents manuscrits ou dactylographiés, dont certains traduits du russe ou du polonais. Après les avoir scannés, j'ai rédigé un fiche pour chacun, parfois en transcrivant ce qui était manuscrit et lisible, ainsi qu'un déroulé chronologique dont l'essentiel figure ci-dessous. Très riche en informations sur la vie et le parcours de ma famille, ce dossier n'en comporte pas moins de nombreuses erreurs. Aujourd'hui je ne suis toujours pas fixé sur certains noms, les archives polonaises devraient cependant m'éclairer.

Des erreurs sur des dates, des lieux, des fautes d'orthographe, des mots illisibles. Certaines erreurs sont le fait de fonctionnaires ... ou de Jacob, comme ses nom et prénom qui deviennent officieusement Jacques Finkelstein. Peut être une volonté de sa part. On notera cependant que dès 1941, une fois le dossier aux mains du régime de Vichy, les noms et prénoms reviennent souvent sous leur forme polonaise, sans doute jugée plus exotique, et accompagnés des termes israélite, juif.

Sur le contexte historique, rappelons que dès 1940 le gouvernement de pétain mettait en place des lois antisémites. Les années suivantes montreront à quel point le régime de vichy a devancé les demandes des nazis, et avec quel zèle... Ici, c'est le Décret-Loi du 22 juillet 1940 portant sur la révision des naturalisations qui à concerné ma famille. Ma famille entre autre, puisque plusieurs centaines de milliers de dossiers établis depuis la loi de 1927 ont été réexaminés ! 15.154 personnes, dont une part importante de juifs, ont été déchues de leur nationalité par la commission de révision, avec les conséquences directes que l'on connaît. Celà aurait dû aussi toucher ma tante Eva et mon père Maurice, naturalisés par déclaration en 1932. Cette commision avait été créée par le ministre de la justice, le sinistre raphael alibert. Ce dernier fut condamné à mort à la libération mais grâcié en 1959. Un salaud de plus grâcié par le général De Gaule.

Malgré tout, ce dossier m'a permis de corriger pas mal d'informations. Il m'ouvre aussi la porte des recherches en Pologne grâce aux extraits d'actes de naissance et aux notes détaillées de Jacob. J'en sais aussi d'avantage sur le passé militaire de mes oncles, sur leur métier. Mais au-delà des chiffres, des adresses, etc, c'est tout un monde qui prend sa place et qui s'organise au quotidien. Ce monde, c'est celui d'une famille juive polonaise, une famille recomposée, qui avait choisi de devenir française. Ce monde, c'est celui de grands-parents arrivés au Pletzl, ayant choisi de s'intégrer, de travailler durement et dont les enfants, la seconde génération, étaient déjà de vrais "titis parisiens" !


1912

1927
Arrivée en France de Jacob Finkielsztejn en juillet 1912.

Arrivée en France de Rywka Oberberg et de son fils Hersz Wolf Oberberg en 1927.
Déclaration de Jacob juillet 1912
16/09/1936
Finkelstein Jacob et Rywka demandent la naturalisation française au garde des sceaux :

* formulaire de demande du couple Finkelstein

* lettre manuscrite de Jacob détaillant son parcours: famille, adresses, employeurs, émigrations

* déclaration sur l'honneur de Jacob & Rywka de n'avoir jamais été condamnés ni en France, ni dans aucun pays.
Demande de naturalisation du 16 septembre 1936 Lettre manuscrite de Jacob page 1 sur 3
Déclaration sur l'honneur du couple
22/09/1936
Prefet de police au commissaire de police du quartier Folie Méricourt :

concernant la demande n° 49.888, formulaire de naturalisation à remplir.


>03/10/1936 Prefet de police au garde des sceaux :

avis sur la demande de naturalisation, avec avis favorable du commissaire de police le 03/10/1936.
03/12/1937
Lettre du préfet de police :

autre avis favorable
20/03/1939
Ministère de la justice :

dossier 19886x38 avec une synthèse favorable, la demande est approuvée le 21/03/1939.
06/07/1939

Naturalisation française par décret du 6 juillet 1939 pour Finkielsztejn Jacob, sa femme Rywka et leur fils Hersz Wolf. Parution du décret au journal officiel n° 166 du 16/07/1939 page 9089.

22/07/1940
Décret-Loi du 22 juillet 1940 portant sur la révision des naturalisations, paru au journal officiel du 23 juillet 1940.   
1941 ?
Document non daté, sans en-tête, probablement postérieur à juin 1941:

rapport plutôt défavorable sur Jacob, destiné à la commission de révision des naturalisations.
Rapport sur jacob à la demande de la commission de revision des naturalisations
06/05/1942
Prefet de police au garde des sceaux :

rapport avec enquête complémentaire sur Jacob et ses fils destiné à la commission de révision des naturalisations:
"le susnommé ne fait pas l'objet de renseignements défavorables".
06/04/1943
Convocation de Jacob au ministère de la justice service des naturalisations pour affaire qui le concerne ...
Mais Jacob est déjà interné au camp de Beauregard, c'est donc Rywka qui se rendra à la convocation le 15/04/1943. A cette époque, Hersz Wolf et Charles ont déjà été assassinés à Auschwitz.
15/04/1943
Déclaration de Rywka devant le rapporteur Sengence :

bonne impression du rapporteur.
15/06/1943
Garde des sceaux au prefet de police :

dépêche de la commission de révision qui demande des renseignements militaires sur Jacob et sur ses fils.
commission de révision des naturalisations
26/10/1943
Prefet de police au garde des sceaux :

résultat de l'enquête complémentaire pour la commission de révision des naturalisations: " aucun changement sur les renseignements de moralité, loyalisme et politique depuis le précédent rapport."
16/02/1944
Ministère de la justice bureau du sceau :

avis de maintien de la nationalité française.
27/08/1965
Garde des sceaux/contentieux nationalité au ministère de la santé publique et de la population sous-direction des naturalisations :

2 dossiers communiqués en retour (fin du contentieux).
12/08/2010
Archives Nationales site de Fontainebleau :
photocopies du dossier n° 19886x38 cote 19770895 art. 258 (forfait 18 €). Dossier reçu le 18/08/10, très complet, nombreuses corrections à effectuer, nouvelles pistes pour commencer les recherches en Pologne.
archives nationales